Série de conférence

La série de conférences sur les sciences humaines numériques reçoit des intervenants qui abordent les problèmes théoriques et méthodologiques de la recherche dans le domaine. À partir de 2019, la série est offerte en partenariat avec le Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques (CRIHN) à l’Université de Montréal et le ThincLab à Guelph University.


Décolonisation de la programmation informatique par le langage et les cérémonies

Jon Corbett, candidat du doctorat (UBC)

  • Date : 18 mars 2022
  • Heure : 13h00 à 14h30
  • Présentation en anglais

Jon Corbett est un artiste néhiyaw-métis des médias informatiques et un programmeur informatique professionnel. Il est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts et en design de l’Université de l’Alberta, d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université de la Colombie-Britannique en études interdisciplinaires et est candidat au doctorat à l’Université de la Colombie-Britannique. Ses recherches doctorales touchent aux domaines des études autochtones, des sciences humaines numériques, de l’informatique et des beaux-arts et sont axées sur la création d’outils numériques pour les artistes autochtones et les apprenants nehiyawewin. Les résultats de ses recherches comprennent un langage de programmation basé sur le nehiyaw, des conceptions de matériel physique pour l’orthographe syllabique nehiyaw et des solutions logicielles/applicatives qui utilisent les récits autochtones comme outils de conception. Ses œuvres ont été exposées au Smithsonian National Museum of the American Indian à New York, NY, et à la Biennale d’art contemporain autochtone / Contemporary Native Art Biennial (BACA) à Montréal, QC, et ont été présentées dans plusieurs livres et articles.


Conférence sur l’éthique de la recherche numérique autochtone

Dre Stacy Allison-Cassin, iSchool (Université de Toronto); Sharon Farnel, Chef, stratégies de métadonnées (La a Bibliothèque de l’Université d’Alberta); et Dre Deanna Reder, Indigenous Studies & English (Université Simon Fraser)

  • Date : 25 mars 2022
  • Heure : 14h00 à 15h30
  • Présentation en anglais

l’intelligence artificielle pour le reste d’entre nous

Dre Renee Sieber, Géographie (Université McGill)

  • Date : 8 avril 2022
  • Heure : 13h00 à 14h30
  • Présentation en anglais

Féminisme des données, pratiques incarnées et archives Internet

Dre Shana MacDonald, Communication Arts (University of Waterloo)

  • Date : 22 avril 2022
  • Heure : 13h00 à 14h30
  • Présentation en anglais

Shana MacDonald est professeure agrégée en arts de la communication à l’Université de Waterloo. Ses recherches interdisciplinaires portent sur les médias sociaux et numériques féministes, l’activisme, la culture populaire, le cinéma et la culture visuelle. Dre MacDonald est la nouvelle directrice du qcollaborative (qLab), un laboratoire de conception féministe qui se consacre au développement de nouvelles formes de relationnalité par le biais de technologies de performance publique. Elle co-dirige l’archive en ligne Feminists Do Media (Instagram: @aesthetic.resistance) et est l’auteure principale du livre Networked Feminist Activisms à paraître (Lexington Press).

***

Dans le contexte actuel du « big data », que signifie l’exploration d’approches féministes des archives numériques basées sur les petites données ? Fondé sur le domaine du féminisme des données, une approche féministe de l’analyse des données (D’Ignazio et Klein 2020), cette présentation vise à réfléchir sur les façons dont les méthodes de recherche féministes peuvent négocier les tensions et les possibilités d’engager à la fois des ensembles de petites données et de « big data » lors de l’exploration des collections d’archives numériques personnelles et institutionnelles. Cette présentation abordera directement la manière dont une éthique féministe intersectionnelle, antiraciste, anticoloniale et queer informe les questions disciplinaires nécessaires sur la manière dont le pouvoir des données opère dans la formation des questions de recherche et des modes de collecte des données ainsi que dans l’analyse, les conclusions et la mobilisation des connaissances. Ce faisant, cet exposé vise à réfléchir à ce qui devient possible lorsque nous utilisons une approche hybride des (petites et grandes) données et à la façon dont les données peuvent à la fois permettre et contraindre les chercheuses féministes dans les actes de collecte, d’analyse et de diffusion.


Conférenciers invités passés:

  • Jennifer Guiliano (IUPU) – Autochtones et sciences humaines numériques
  • Sabine Loudcher (Université Lumière Lyon 2) – Quelle recherche en informatique dans les humanités numériques?
  • James Lee (Université de Cincinnati) – Cartographier une reconnaissance mondiale avec 53 829 textes
  • Geoffrey Rockwell (Université de l’Alberta) – Communautés de mots : Catégories, listes et analyse de texte
  • Ariel Beaujot (Université Western Ontario) – La lutte pour abattre « le grand Indien » : Les sciences humaines numériques et leur utilisation dans le travail de justice sociale
  • Cecily Raynor (Université McGill) – Décoloniser le numérique : Cultures de connectivité dans le Web latino-américain
  • Shawn Graham (Université de Carleton) – Quoi? Ils vendent ça? Étudier le commerce des restes humains sur les médias sociaux
  • Laura Mandell (Université Texas A&M) – Alimenter et soutenir une infrastructure scientifique conçue à partir de rien
  • Alan Liu (Université de Californie à Santa Barbara) – Présupposition infrastructurelle : Sciences humaines numériques et études critiques des infrastructures